Étapes de construction d’une maison

Quelles sont les étapes de construction d’une maison ?

Vous rêvez déjà être au milieu de votre jardin ensoleillé de votre nouvelle maison ? Avant d’en arriver là, vous vous doutez qu’un projet de construction de maison doit être mûrement réfléchi, et qu’un certain nombre d’étapes seront nécessaires avant de pouvoir emménager au sein de votre future demeure. Du choix du terrain à la réception du logement, faites le plein de conseils et astuces pour vous accompagner à chaque étape de la construction de votre maison !

 

Étape 1 : définition du projet de construction et choix du terrain

1. Définition du projet

Lorsqu’on décide de faire construire sa maison, il faut en premier lieu estimer le budget global que représente un tel projet. Prenez le temps de lister vos besoins et vos goûts (maison traditionnelle / contemporaine, de plain pied ou à étages, qualité des matériaux utilisés, nombre de chambres, nombre de salles de bain, surfaces…).

2. Recherche du terrain

Bien avant l’étape de la construction vient celle de la recherche du terrain. Assurez-vous que celui-ci prenne en compte vos critères, et que votre projet de construction de maison soit compatible avec les règles d’urbanisme de la commune :

Étape 2 : élaboration des plans et formalités liées à la construction

1. Étude de sol

L’étude de sol (ou étude géotechnique) vise à analyser la nature du sol afin de savoir quel type de fondations réaliser pour assurer une stabilité optimale de la future maison.

2. Réalisation des plans

La réalisation des plans est une étape-clé de la construction, puisqu’elle va vous permettre d’imaginer votre maison et de vous projeter dans votre futur chez-vous. Ces plans sont d’une importance capitale, car ils vont déterminer la façon dont sera construite la maison, en tenant compte des spécificités du terrain et des contraintes légales, et ses aménagements intérieurs.

Avant de choisir le plan le plus adapté à vos besoins et envies ou de concevoir votre plan sur-mesure, posez-vous les bonnes questions

  • Comment la maison doit-elle être orientée pour maximiser son efficacité énergétique ? 
  • Comment envisagez-vous d’agencer les pièces de votre maison ?
  • Quels vis-à-vis souhaitez-vous avoir ?
  • Pensez-vous, à l’avenir, agrandir votre famille ou travailler depuis votre domicile ?
  • Invitez-vous régulièrement des amis à manger ou à dormir ?
  • Préférez-vous une cuisine ouverte ou fermée ?
  • Possédez-vous un ou plusieurs véhicules ?
  • Votre maison abritera-t-elle une personne handicapée ou à mobilité réduite, ou des enfants en bas âge ?

Étape 3 : construction de la maison

1. Gros œuvre

Le gros oeuvre est l’ensemble des travaux qui contribuent à la solidité et la stabilité de l’édifice. Il comprend les opérations suivantes :

  • Piquetage : réalisée le plus souvent par un géomètre, cette opération vise à délimiter l’emplacement de la future construction et des canalisations à l’aide de piquets. Cette étape est indispensable pour pouvoir réaliser les plans de la maison à construire et cibler précisément la zone à décaisser.
  • Terrassement : il s’agit ici de préparer le terrain où se tiendra la future maison en déplaçant d’importantes quantités de matière (terre, roches…) issues du sol. Lors de cette étape, le terrain sera creusé pour accueillir les futures fondations et canalisations, et la terre prélevée sera soit utilisée pour combler certaines cavités du terrain, soit évacuée du chantier.
  • Fondations : conçues à l’aide de béton coulé dans des tranchées ou un coffrage, les fondations constituent la base de la maison. Elles garantissent la stabilité et la solidité de la construction. Leur profondeur dépendra notamment de la nature du sol, du type de construction envisagé, et du poids à supporter. Il est conseillé de réaliser une étude de sol pour définir le type de fondations le plus approprié.
  • Assainissement : l’assainissement est le système permettant l’évacuation des eaux usées. En fonction de la zone géographique où votre terrain se situe, vous devrez soit vous raccorder au réseau d’assainissement collectif (tout-à-l’égout), soit installer un système d’assainissement autonome (ou non collectif), grâce à la création d’une fosse sceptique.
  • Soubassement : réalisée par des maçons, cette opération consiste à poser directement sur les fondations la partie inférieure des murs de la construction. Le soubassement permet à la fois de soutenir la structure globale et de protéger la maison des remontées d’humidité. En fonction du relief du terrain et de votre budget, plusieurs types de soubassements pourront vous être proposés (hérisson, vide sanitaire ou sous-sol).
  • Dallage : la dalle se présente généralement sous la forme d’une plaque de béton armé, qui est soit coulée directement sur le plancher du rez-de-chaussée préalablement recouvert d’un isolant thermique (dallage sur terre-plein), soit sur le niveau le plus bas (dallage sur vide sanitaire). Dans ce dernier cas, l’isolant thermique sera posé sous le plancher du rez-de-chaussée.
  • Élévation des murs : le socle de la construction étant achevé, place à l’étape de la construction des murs porteurs, qui constitueront l’ossature de la maison. En fonction du budget, du type de construction souhaité, et des performances thermiques et acoustiques recherchées, on choisira le plus souvent l’un des matériaux suivants pour réaliser les murs : brique, parpaing, béton cellulaire. On trouve également des murs porteurs réalisés en terre crue ou en paille.
  • Charpente et couverture (mise hors d’eau) : constituée de pièces de bois et de métal, la charpente permet de soutenir la couverture et contribue au maintien de la stabilité de la construction. La couverture, quant à elle, vise à assurer une parfaite étanchéité de votre toit. Différents matériaux peuvent être utilisés pour couvrir un toit : tuiles, ardoises, zinc… Le choix de la couverture devra se faire en accord avec les règles d’urbanisme en vigueur dans votre commune.
  • Menuiseries extérieures (mise hors d’air) : il s’agit ici de poser les fenêtres et les portes qui donnent sur l’extérieur de la maison, mais aussi les volets. Les menuiseries extérieures jouent un rôle important car elles contribuent à l’isolation de votre intérieur et permettent d’apporter la luminosité nécessaire dans vos pièces de vie.

2. Second œuvre

Le second oeuvre a pour objectif de rendre habitable la maison en apportant aux occupants un confort de vie optimal. On distingue différents travaux de second oeuvre :

  • Plomberie : la plomberie va consister à installer le réseau de tuyauterie et d’évacuation afin d’approvisionner en eau les pièces concernées : cuisine, salle de bain, buanderie… Ensuite, il s’agira d’installer les équipements sanitaires et la robinetterie : évier, toilettes, lavabo, douche, ou baignoire. Pensez aux arrivées d’eau qui pourraient s’avérer pratiques : dans le garage, sur un mur extérieur de la maison (pour l’arrosage du jardin), au sous-sol, au grenier (au cas où vous l’aménageriez dans le futur).
  • Électricité : l’installation de l’électricité peut être réalisée au même moment que la plomberie. Il s’agit ici de passer les câbles électriques dans les gaines, mettre en place le compteur et le tableau électrique. On pourra ensuite installer les prises, les interrupteurs et les sorties pour l’éclairage. Pour éviter les surprises (prise cachée derrière un meuble, par exemple), positionnez les prises en fonction des meubles et des appareils électriques qui équiperont les pièces. Pensez également à l’installation de câbles liés aux équipements électriques.

3. Finitions

Les finitions désignent l’étape finale des travaux de construction : l’aménagement intérieur et la décoration. Les finitions regroupent les travaux suivants :

  • Revêtements de sol : pour choisir les revêtements de sol, il faudra que vous preniez en compte différents paramètres : l’usage des pièces, l’esthétique souhaitée, ainsi que la facilité d’entretien. Dans une pièce humide (salle de bain, cuisine, WC…), on posera un sol étanche : carrelage, lino, stratifié résistant à l’humidité, ou encore un parquet en bois exotique. Dans le séjour ou les chambres, on se focalisera plutôt sur un sol résistant, chaleureux et facile à entretenir : parquet massif, carrelage, lino…
  • Revêtements muraux et peintures : les revêtements muraux doivent être choisis en fonction du type de pièce et de l’esthétique recherchée. On privilégiera un revêtement facile à nettoyer dans une cuisine ou une salle de bain : carrelage, peinture lessivable, papier-peint lavable en vinyle… Pour les pièces de vie, le choix est quasi-illimité : peinture, papier-peint, lambris, béton, liège… Laissez libre cours à votre imagination !
  • Menuiseries intérieures : cette étape de la construction concerne l’aménagement intérieur de votre maison. C’est à ce moment-là qu’on pose les portes intérieures, leurs poignées, les plinthes, les coffrages pour masquer les tuyaux apparents, et les meubles encastrés (meubles sur-mesure tels qu’un dressing, une bibliothèque, ou des placards). On va également installer les meubles de cuisine et de salle de bain, ainsi que les escaliers.
  • Eclairage intérieur : un bon éclairage contribue à se sentir bien chez soi et permet de créer différentes ambiances en fonction des pièces où l’on se situe. Il doit être choisi avec soin, car il a également une fonction utilitaire. Multipliez les points lumineux dans chaque pièce de vie pour varier les ambiances (dynamique ou tamisée). Dans le salon, pensez à installer un plafonnier, qui permettra un éclairage général de la pièce, ainsi que des appliques, lampadaires et lampes à poser dans les zones que vous souhaitez éclairer spécifiquement (table basse, canapé, buffet…). Pensez aussi à poser un éclairage direct au-dessus de certaines zones stratégiques : le plan de travail de la cuisine et l’évier, la table sur laquelle vous mangez, le lavabo de la salle de bain, des liseuses murales de chaque côté de votre lit…
  • Travaux de façade : selon l’aspect que vous souhaitez donner à votre future habitation, le type d’isolation choisi (par l’intérieur ou par l’extérieur), et le plan local d’urbanisme , vous pouvez avoir envie de couvrir vos murs extérieurs d’un bardage (en bois, PVC, métal…), d’un crépi, ou encore d’un placage (pierre, terre cuite, béton…). Quel que soit le revêtement que vous choisissez, retenez qu’il devra être entretenu régulièrement pour pouvoir résister durablement aux agressions extérieures (pollution, intempéries).

4. Aménagement extérieur

L’aménagement de l’extérieur de votre maison vise à sécuriser son périmètre, à rendre ses abords agréables et pratiques, et à la valoriser. De nombreux travaux d’aménagement peuvent être entrepris :

  • Terrassement et nettoyage du terrain : cette phase consiste à modeler le terrain pour créer différentes zones : l’emplacement des allées du jardin, de la terrasse, de l’abri de jardin, des massifs / plates-bandes (qui regrouperont des fleurs, arbustes…), du potager, de la piscine… On prendra soin d’évacuer tous les végétaux parasites, roches, déchets… afin d’obtenir un terrain propre.
  • Terrasse : elle doit être suffisamment grande pour pouvoir y disposer le mobilier de jardin et installer l’ensemble des occupants de la maison (et même plus, si vous avez l’habitude de recevoir des invités). Prévoyez éventuellement une zone dédiée à la détente, où vous pourrez installer canapés de jardin et table basse. Pour ce qui est des matériaux, vous aurez principalement le choix entre une terrasse en bois (sur pilotis, lambourdes ou plots) ou une terrasse plus traditionnelle, constituée d’une dalle de béton recouverte d’un revêtement de sol (carrelage, pavé, pierre naturelle…).
  • Allées de jardin et accès au garage : si l’on privilégie le plus souvent des allées en ligne droite par facilité, sachez que des allées courbes donneront davantage de profondeur à votre terrain. Devant l’entrée du garage, il faudra réaliser un terrassement pour pouvoir supporter le passage fréquent de véhicules. Pour cette voie d’accès, prévoyez une largeur comprise entre 3 et 4 m. Concernant le revêtement de sol, on choisira plutôt des pavés autobloquants (stables et faciles à entretenir) pour l’entrée de garage. Pour les allées de jardin, un large choix s’offre à vous : graviers, pavés, dalles, béton, bois, bitume…
  • Clôture et portail : bien qu’il s’agisse ici de sécuriser sa parcelle, n’oubliez pas qu’il est possible de concilier sécurité et esthétisme. En effet, de nombreuses possibilités s’offrent à vous pour délimiter votre jardin en fonction de votre budget, du rendu et de la robustesse souhaités : grillage, haie végétale (combinée ou non à un grillage), panneaux occultants (en bois, PVC, alu…), clôture en béton… Pensez ensuite au portillon et au portail de l’entrée de garage, qui doivent également assurer la sécurité de votre habitation tout en restant esthétiques. Ils se déclinent dans de nombreux matériaux (alu, PVC, acier, bois…), à ouverture coulissante ou portes battantes, motorisé ou non… pour s’adapter aux besoins de chacun.
  • Eclairage extérieur : que ce soit pour des raisons décoratives ou pratiques, il peut être intéressant d’éclairer l’extérieur de sa maison. S’il s’agit d’éclairer l’entrée du garage ou de protéger les abords de votre maison, envisagez peut-être d’installer des luminaires munis de détecteurs de présence (généralement sous forme d’appliques murales). Pour baliser vos allées, optez pour des bornes solaires ou des spots encastrés, qui apporteront un éclairage discret mais suffisant. Enfin, pour l’entrée de votre maison ou votre terrasse, tournez-vous vers des appliques murales ou des lampadaires pour l’éclairage général, et ajoutez-y des luminaires d’ambiance tels que des spots encastrés au sol, des bornes, ou des objets lumineux.
  • Autres aménagements extérieurs : bien entendu, de nombreux autres aménagements peuvent être envisagés pour agrémenter votre jardin : abri de jardin, dépendance, piscine, cuisine extérieure…